Europe CSO Göteborg: les “sorciers” irlandais en Or! Pas de Frenchies en individuel

28 août 2017

22737
Eclatante victoire de l'Irlande qui remporte l'Or aux Championnats d’Europe de Goteborg, avec seulement trois cavaliers, et de son nouveau coach, Rodrigo Pessoa, reléguant la Suède sur ses terres à la 2è place, elle qui rêvait de l'Or européen jamais conquis, et une Suisse redoutable à la 3è place. Enorme déception des Belges très attendus. La France remonte d’une place et termine 7è. Grâce aux sans-faute de Mathieu Billot/Shiva d’Amaury (2 points de temps) et de Roger-Yves Bost/Sangria du Coty. Coup de bambou final qui vient de tomber : qualifiés pour la finale individuelle, Roger-Yves Bost et Kevin Staut, 21e et 23e, ne repartiront finalement pas demain. Après concertation avec Philippe Guerdat, sélectionneur national, et l'équipe d'encadrement technique national, les deux Français n'ayant plus rien à jouer choisissent de ménager leurs chevaux.

Superbe finale par équipe, où se sont détachés des couples exceptionnels à cet instant T, tant il est vrai que ces grands rendez-vous de championnats créent des synergies, des énergies, des états de grâce à chaque fois exceptionnels. Cette année ce furent les Irlandais les plus forts, indéniablement : malgré le forfait de Bertram Allen, et peut-être encore plus à cause de ce coup du sort, les trois couples ont trouvé ce supplément de rage, de foi en eux et leurs chevaux, parce qu'ils étaient tout près de réitérer leur victoire en Europe qui datait de…plus de seize ans. Parce qu'un sorcier brésilien, qui se révèle là autant un meneur d'hommes qu'un grand champion, a su faire d'eux une vraie équipe. Shane Sweetnam/ Chaqui Z (Chacco-Blue), qui s'étaient illustrés au WEF – Winter Equestrian Festival de Wellington en mars,

puis Denis Lynch avec l'extraordinaire amplitude du fils d'Argentinus All Star 5, sont sans-faute tour à tour. Mais il faut attendre le dernier, Cian O’Connor et Good Luck, cet étalon dont le grand'père Furioso ne l'est pas pour rien, avec ce cavalier d'expérience aux nerfs d'acier, pour connaître le métal de la médaille. Ce qu’il en dit ? Modeste : « Quel final à Göteborg ce soir avec l’extraordinaire Good Luck. Quel cheval! J’ai tellement de chance de l’avoir.” Ils sont en Or. Rodrigo Pessoa n'y croit tout d'abord pas, puis ce sourire éclatant qui lui est propre fleurit sous la casquette. Il a fait plus que le job, il a fait naître l'Or dans leurs mains. Sublime finale.

Bien sûr lors de ces championnats il y a les autres. Ceux pour qui la magie a moins bien fonctionné. Cette fois les Suédois n'ont rien pu faire contre les sorciers irlandais. Malin Baryard-Johnsson étonnamment, pourtant sans-faute en première manche avec Cue Channa ( Cardento 933), va abandonner, après que la jument, semblant perdue, se soit écrasée en sortie de double.  Douglas Lindelöw à son tour, avec Zacramento (Cardento), ne tient pas la pression : après sa faute en sortie de triple, le couple est désorganisé, ce sera 9 points. Seul un couple d'exception pouvait les tirer de cet engrenage, et il l'a merveilleusement fait : Peder Fredricson et le sBs H&M All In, le fils de Kashmir van Schuttershof, sortent le sans-faute qui les console avec l'Argent. L'Argent ils en rêvaient aussi les Suisses, mais pour eux non plus ce n'était pas un bon jour : Romain Duguet et l'excellente SF Twentytwo des Biches (Mylord Carthago) fauteront deux fois, et si Martin Fuchs, à 25 ans, honorant l'Or européen de son père en 1983, avec le grand Clooney 51 (Cornet Obolensky) est sans-faute, le champion olympique Steve Guerdat faute inexplicablement sur un gros oxer pas si fautif que ça, avec la fille de Balou du Rouet, Bianca. La Suisse est en bronze.

Enfin, les Belges, éclatants la veille, ne retrouveront pas leur état de grâce… La peur d'être si près? Seul l'ouvreur étrangement, Pieter Devos, avec les énormes moyens du fils de Surcouf de Revel, le Bwp Espoir, sera sans-faute. La Belgique est au pied du podium, ses rêves à ses pieds.

Les Frenchies
Premier à partir pour l'équipe de France, Mathieu Billot après ses 9 points d'hier réagit de la plus belle des manières en signant un parcours sans-faute aux obstacles seulement pénalisé de 2 points de temps dépassé avec Shiva d'Amaury-JO/JEM, propriété de Serge Batailler. Pour son premier championnat d'Europe le Normand de 31 ans prouve qu'il faudra compter sur lui dans l'avenir. Quatrièmes au provisoire en individuel avant cette deuxième manche, Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise*HDC-JO/JEM sortent de piste avec 12 points. Une incompréhension de Rêveur sur le vertical n°3 semble avoir perturbé l'harmonie du couple tricolore qui fait deux autres barres en fin de parcours. Kevin explique que lui non plus n’a pas compris la première faute et qu’ensuite son cheval était déstabilisé. Ils reculent à la 23e place, et s'éloigne le rêve de médaille individuelle.  Roger-Yves Bost ne se laisse pas démonter : avec la niak et la rage qui le caractérisent, il boucle son parcours sans faire tomber la moindre barre et surtout dans le temps avec une Sangria du Coty-JO/JEM en forme. Le couple avec un total de 11,39 pts termine à la 21e place et pourra donc repartir dans la finale individuelle dimanche !

Pénélope Leprévost ne sera pas au rendez-vous avec Vagabond de la Pomme-JO/JEM;  elle termine son parcours avec 5 points de pénalité avec Vagabond de la Pomme-JO/JEM, dommage. Un total de 7 points sur cette manche qui porte le score final pour les Tricolores à 31,78 pts et une 7e place définitive.

Article de LeCheval.fr

Aucun contenu n'a été défini dans la colonne latérale.